Interview du Docteur B. DUBOC

Mis à jour le 20/08/2012

Interview du Docteur Brigitte DUBOC, médecin conseiller technique national à la CCMSA et stomatologue à l'Hôpital Saint Vincent de Paul à Paris.

  • La population agricole présente un état dentaire moins bon. Qu'est-ce qui explique cela ?
Indéniablement, les conditions d'accès aux soins souvent moins favorables, avec notamment un problème d'éloignement des soins spécifique au milieu rural, constituent une première explication. Mais ce n'est pas le seul critère ; population plutôt âgée, mais également précarité sont des facteurs tout aussi importants. C'est tout l'intérêt pour nous de mener des actions de prévention.

 
  • La MSA s'est dotée d'un plan dentaire institutionnel ambitieux qui concerne différentes tranches d'âge. Quels sont les objectifs de ce plan ?
Il s'agit d'accompagner, sur le plan dentaire, nos assurés tout au long de la vie, concrètement en proposant des actions aux âges clés pour la santé bucco-dentaire : petite enfance, adolescence, âge moyen de la vie et seniors de 65 ans. Les examens sont pris en charge intégralement par la MSA, et sans avance de frais pour nos adhérents.

 
  • L'une des nouveautés concerne la future maman. Quels sont ses besoins spécifiques et comment y répondre ?
La grossesse représente une période de fragilisation pour la denture. Les modifications hormonales affectent les gencives et risquent d'entraîner des gingivites (tuméfactions, saignements) qui peuvent passer à la chronicité, si elles ne sont pas prises en charge.
D'autre part, on constate un risque accru de survenue de caries, lié aux modifications du comportement alimentaire (par surcharge avec apports sucrés trop importants ou par carence), et aux vomissements fréquents qui acidifient le milieu buccal, ce qui est propice au développement des caries.
Le suivi dentaire est indispensable et les soins sont possibles pendant la grossesse, préférentiellement entre le début du 4ème mois de grossesse et la fin du 8ème mois.

 
  • Quels conseils pouvez-vous donner aux parents pour préserver au mieux les dents dès la petite enfance ?
Plus les habitudes s'installent tôt, plus la chance de les voir se pérenniser augmente. Les règles d'or sont : une alimentation équilibrée et adaptée à l'âge (éviter le grignotage, l'excès de sucre, ...), une hygiène rigoureuse (dès que les 1ères dents apparaissent, il faut les nettoyer) et un suivi dentaire régulier.


 
  • Les enfants et adolescents constituent toujours un axe prioritaire de la politique de prévention de la MSA, le scellement des sillons qui a été généralisé grâce à l'action de la MSA est-il finalement insuffisant ?
Le problème ne se pose pas en ces termes. Le scellement des sillons des molaires des enfants de 7 et 12 ans est un acte préventif efficace, mais seulement s'il est associé aux 3 mesures citées précédemment, qui restent essentielles.

 
  • Quel dispositif est mis en place pour la santé bucco-dentaire des seniors ?
Il s'agit d'un examen bucco-dentaire pris en charge à 100 % et sans avance de frais pour toutes les personnes de 65 ans. Cet examen est centré sur le dépistage des risques spécifiques bucco-dentaires liés au vieillissement. En effet, tous les organes contenus dans la bouche sont soumis au vieillissement : c'est physiologique. Mais à cela s'ajoutent des facteurs aggravants qui vont accélérer ce processus de vieillissement, comme la prise de certains médicaments très largement prescrit dans cette tranche d'âge (anxiolytiques, hypnotiques, antidépresseurs, diurétiques, ...) qui modifient le milieu buccal et dont les conséquences (caries, infections, mycoses, ...) finissent par avoir des répercussions sur les fonctions orales, mais également sur la santé générale.
D'où l'importance, à l'entrée de cette nouvelle période de risque bucco-dentaire, de faire le point avec son chirurgien dentiste.